Philip Tinari, directeur d’UCCA Center for Contemporary Art : “Montrer de l’art moderne, c'est aussi être en phase avec la mission d’UCCA qui est de rendre l’art accessible au plus grand public et de créer des liens entre la Chine et le monde”

Philip Tinari

Philip Tinari

 

Né à Philadelphie, Philip Tinari est diplômé de Duke en littérature et de Harvard en études est-asiatiques. Critique, commissaire d’exposition et spécialiste de l’art contemporain chinois, Philip Tinari est directeur de UCCA Center for Contemporary Art à Pékin depuis 2011.

UCCA accueille la plus importante exposition d’œuvres de Pablo Picasso (1881-1973) en Chine à ce jour, Picasso. Naissance d’un génie (15 juin — 1er septembre 2019), dont le commissariat est assuré par Emilia Philippot, avec 103 oeuvres venues du Musée national Picasso-Paris.

Philip Tinari a occupé de nombreux rôles sur la scène artistique chinoise : il a monté plus de soixante expositions et organisé un un grand nombre de programmes publics culturels. C’est grâce à lui qu’ont pu être exposées en Chine de grandes figures internationales telles que Robert Rauschenberg, Elmgreen & Dragset, Haegue Yang, William Kentridge, Taryn Simon et Tino Sehgal, et il a minutieusement suivi l’évolution de la scène artistique chinoise à travers des rétrospectives de Zhao Bandi, Zeng Fanzhi, Liu Wei, Xu Zhen, Wang Keping, Wang Xingwei, Kan Yuan, ou encore Gu Dexin, ainsi que des expositions d’artistes chinois émergents telles que The New Normal: Art, China, and 2017 ou ON | OFF: China's Young Artists in Concept and Practice (2013). En 2009, il lance la publication par le Modern Media Group de LEAP, un magazine en ligne bilingue à diffusion internationale. Il contribue à l’édition de Artforum et est à l’origine de l’édition chinoise de son magazine en ligne. Il est également membre de conseils tels que le Guggenheim Asian Art Council ou le Gallery Committee du centre Asia Society Hong Kong.

Doors a eu l’opportunité de rencontrer Philip Tinari avant l’ouverture de Picasso. Naissance d’un génie et de lui poser quelques questions sur l’avenir d’UCCA, l’évolution de l’art contemporain chinois, et l’influence de Picasso en Chine.

 

UCCA présente l'exposition “Picasso. Naissance d'un génie”. Comment envisagez-vous cette présentation d’œuvres d'un des artistes les plus célèbres de l'histoire de l'art dans un établissement habituellement davantage porté sur l'art contemporain ?

Montrer de l’art moderne, c'est aussi être en phase avec la mission d’UCCA qui est de rendre l’art accessible au plus grand public et de créer des liens entre la Chine et le monde. Cette exposition ne va faire que rendre encore plus profonde l'appréciation de notre public pour les expositions plus contemporaines qui constituent notre programmation habituelle.

UCCA dans le quartier de 798, Pékin

UCCA dans le quartier de 798, Pékin

Avez-vous des attentes particulières par rapport à cette exposition ? Quel accueil espérez-vous obtenir de la part du public ?

J'ai toujours pensé que si l'on considère la Chine comme une véritable puissance internationale avec un pouvoir global, Pékin en étant la capitale, des expositions de cette envergure et de cette qualité devraient avoir lieu régulièrement. Pour beaucoup de raisons, ce n’est pas le cas. Plus que tout, j'espère que la renommée artistique de Picasso attirera à UCCA un public qui peut-être n'aurait pas pensé être intéressé par l'art, et que nous pourrons convertir une partie de ce public en amoureux de l'art et visiteurs réguliers de notre musée.

picassoaffiche.jpg

La première exposition de Picasso en Chine a été organisée au Musée des Beaux-Arts de Chine à Pékin (NAMOC) en 1983. L’exposition d’UCCA est la première organisée à Pékin depuis : comment l'exposition de 1983 a-t-elle influencé le public local ? Pourquoi est-il pertinent de présenter les œuvres de Picasso aujourd'hui, à UCCA ?

C'est intéressant, parce qu'on se souvient moins de l'exposition de 1983 que de celle, par exemple, de Robert Rauschenberg quelques années plus tard. Dans cette période de réforme et d’ouverture de la Chine, tout se développait très rapidement, et certains artistes chefs de file expérimentaient beaucoup, mais il n'y avait pas de vrai « public » pour l'art moderne. Nous sommes ravis que certaines œuvres présentées lors de cette première exposition soient de retour à Pékin plus de 35 ans plus tard. Le contexte est aujourd'hui complètement différent, avec un public qui inclue d'une part des spectateurs très cultivés, se rendant régulièrement à l'étranger, et, d'autre part, un grand nombre de personnes qui se confronte à ce genre d'œuvres et d'exposition pour la première fois.

Il est important de noter que ce n'est pas une « exposition itinérante », mais une présentation unique, en provenance d'une grande collection de musée, organisée et réalisée spécifiquement pour le public chinois. La commissaire d'exposition, Emilia Philippot, se sert d'une collection qu'elle connaît parfaitement bien pour raconter une histoire : comment Picasso est devenu Picasso. Et cette histoire est particulièrement pertinente dans la Chine d'aujourd'hui, où beaucoup de gens réfléchissent au sens et à l'importance de la créativité, de la conception, de l'innovation.

Cette histoire est particulièrement pertinente dans la Chine d’aujourd’hui, où beaucoup de gens réfléchissent au sens et à l’importance de la créativité, de la conception, de l’innovation.

Comment l'œuvre de Picasso a-t-elle influencé les artistes chinois ? De quelle manière l'exposition reflète-t-elle cette influence ?

Honnêtement, je pense que les innovations et contributions de Picasso ont affecté le dialogue global sur l’art moderne puis contemporain. Son influence spécifique en Chine est explorée dans un texte de l’historien de l’art Wu Xueshan publié dans le catalogue de l'exposition. Ce qui importe le plus ici, je crois, c’est la façon dont Picasso a créé une conversation globale autour de l'art moderne, à laquelle, depuis, tous les artistes ont pris part, de manière directe ou indirecte.

Ce qui importe le plus ici, je crois, c’est la façon dont Picasso a créé une conversation globale autour de l’art moderne, à laquelle, depuis, tous les artistes ont pris part, de manière directe ou indirecte.
Les Deux Frères , Gosol, été 1906. 80 x 59 cm. Musée national Picasso-Paris. © Succession Picasso 2019

Les Deux Frères, Gosol, été 1906. 80 x 59 cm. Musée national Picasso-Paris. © Succession Picasso 2019

Vous êtes directeur d’UCCA depuis fin 2011 mais vivez et travaillez en Chine depuis bien plus longtemps. Depuis vos débuts sur la scène artistique chinoise, quels sont les changements majeurs dont vous avez été témoin ?

Je crois que le changement majeur, c'est l'évolution de l'art contemporain d’une pratique et d’un débat vivant au sein d’un petit cercle d’initiés, à une industrie culturelle avec ses propres institutions, médias, marchés, et acteurs. Je pense que le rôle de l'art contemporain en Chine est particulier : c’est un lieu où la société peut donner forme à ses joies et ses inquiétudes, discuter et anticiper son avenir collectif. Sans cette évolution, il aurait été inimaginable qu’UCCA et cette exposition voient le jour en Chine.

Exposition “Picasso. Naissance d’un Génie” au musée UCCA (Pékin), du 15 juin au 1er septembre 2019. Plus d’infos ici.

Suivez Philip Tinari sur Twitter et instagram.

Allez lire l’interview d’Émilia Philippot, cheffe des collections du musée national Picasso-Paris.